Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : 沖武館 Okibukan
  • 沖武館 Okibukan
  • : Mensôre Uchinâ-blog. Un petit blog de présentation de l'île berceau du karate et du kobudô. Ici, je parlerais tout autant des arts de combat d'Okinawa, que de la culture trop méconnue de cette partie du Japon.
  • Contact

Visiteurs


Il y a actuellement visiteur(s)

Recherche

Annonces

                                                                    SourcesFujian

 

Le livre "Karaté d'Okinawa, les sources du Fujian"

Détails sur le contenu

 

Disponible à la Fnac

Egalement disponible chez Budostore

34 RUE DE LA MONTAGNE SAINTE GENEVIEVE

75005 PARIS

Et toujours en commande

Bon de commande au format MS-Word

 et au format PDF

 

Griffes.jpg

Le livre "Karaté d'Okinawa, entre les griffes du dragon, du Tigre et de la Grue"

Disponible sur Amazon.fr

18 juin 2011 6 18 /06 /juin /2011 09:07

http://img05.ti-da.net/usr/sky201121fuji/00175_0k5B1k5D.jpg

 

Les coraux typiques de la faune marine d’Okinawa sont appelés « coraux hermatypiques ». Tokesugi-midoriishi (corail acropoïde), shikoro-sango (pavona decussata dara), kabuhama-sango (porites lutea M. Eduards Haime), otoge-sango (mussadae), umibara (physophylia ayleni), komon-sango (montipora spumosa) sont les variétés de coraux rencontrés dans les récifs d’Okinawa. Ceux-ci sont très différents des coraux rouges et roses (collallium japonicum, collallium elatius) que l’on rencontre à plusieurs centaines de mètres de profondeur et qui servent à la joaillerie.

Les récifs de coraux en eau peu profonde, sont une des zones les plus productives des océans.La raison de cette productivité, malgré le manque de plancton dans ces eaux relativement claires, comparée aux mers tempérées est dû à la variété des algues qui utilisent l’énergie solaire au maximum.

Le récif de proximité est le garde-manger, le lieu de reproduction et la maternité pour nombre de poissons. « Takasago » (une sorte de vivaneau, le poisson préfectoral), « sujiara » (une sorte de loup de mer), « budai » (une sorte de poisson-perroquet qui se nourrit dans le corail), « harisenbon » (un poisson-globe aux gros yeux globuleux), « erabu-umihebi » et « hirô-umihebi » (serpents de mer , très prisés dans la médecine chinoise), « shirahige-uni » (oursin, plus grandque ceux du reste du Japon), « himejako » (une palourde géante, au goût unique), « hamafuefuki » ( une sorte de brème) sont les poissons rencontrés dans ces récifs de proximité.

Feu Yoshimine Zenji, un photographe sous-marin, qui recueille des données sur l’état du corail depuis bien avant la rétrocession d’Okinawa au Japon en 1972 affirme : «Contrairement à la situation pré-réversion,  je peux dire que 99% des coraux autour d’Okinawa ont été détruits de façon quasi-irrévocable ». Depuis cette époque, les entreprises publiques ont endommagées le récif.

Les coraux ont été ensevelis sous de la terre de remblais pour la construction d’hôtels. Ceci signifie des dommages irrévocables pour la vie marine de ces zones.

Le groupe de baleine croisant dans les eaux d’Okinawa comprend « zatô-kujira » (baleines à bosse), « shachi » (épaulards), « yumegondô » (épaulards nains), « minamibandô-iruka » (dauphins), « shiwaka-iruka » (une autre sorte de dauphins)…

La limite nord de l’habitat des dugongs, l’espèce internationalement protégée, est à Okinawa et on a découvert que dans les eaux japonaises, Okinawa est leur seul lieu où ils trouvent les algues dont ils se nourrissent.

 

 

Repost 0
Published by Lionel Lebigot - dans Géographie
commenter cet article
17 juin 2011 5 17 /06 /juin /2011 10:53

http://img.blogs.yahoo.co.jp/ybi/1/3d/e9/iearth1030/folder/871771/img_871771_9876663_0?1212389947

 

 

D’après le livre «  Les animaux des îles du Sud-ouest » (1995) édité par le Musée Préfectoral d’Okinawa la répartition des animaux qui habitent les îles du Sud-ouest sont :

1)      Des animaux originaires d’Asie du Sud-est et du Sud de la Chine : la chauve-souris frugivore, le « ookuina », un petit échassier  (en voie de disparition), habu (un serpent venimeux endémique aux îles du Sud-Ouest), kinobori-tokage (un lézard) et hime-amagaeru (une grenouille verte, entre autre.

2)      Des animaux indigènes aux îles du Sud-Ouest : iriomote-yamaneko (chat sauvage de Iriomote), rat à longue fourrure, rurikakesu (un geai à plumes bleues), noguchi-gera (pic-vert d’Okinawa), yanbaru-kuina (caille d’Okinawa), Ryûkyû-yamagane (tortue des montagnes d’Okinawa), ibo-imori (une sorte salamandre), et yanbaru-tenaga-kogane (le plus grand scarabée du Japon) entre autre.

3)      Des variations de couleur sont observées dans chaque île : il y a trois sous espèce de akahige (rouge-gorge) nami-akahige à Amami-Ôshima, hontô-akahige à Okinawa, usu-akahige sur les îles de Yaeyama.

4)      Un ensemble d’animaux provenant  du nord et du sud.

 

 

Les caractéristiques des animaux des iles du Sud-Ouest ont été grandement influencées par l’histoire de ces îles. Les déplacements furent retreints par l’environnement de ces îles entourées par l’océan et, dès lors, l’évolution a suivi une route unique. Ceci explique le nombre d’espèces propre aux îles du Sud-Ouest, qui sont souvent appelées « Les Galápagos d’Asie ».

Le Iriomote-yamaneko, découvert en 1965 ne se rencontre que sur l’île d’Iriomote. Il est le plus ancien des chats sauvage et reçoi le nom de « fossile vivant ». Quand les îles Ryûkyû étaient encore rattachées au continent asiatique, Iriomote-yamaneko se cantonna dans la partie qui, une fois que les eaux ont montées et que les plaques tectoniques se sont mises telles que nous les connaissons, ont donné naissance à l’île de Iriomote. 

http://www16.ocn.ne.jp/~bunbukut/kumanezumi-1.JPG« Kenaganezumi » rat à poils longs ne se rencontre que dans les forêts du nord de l’île d’Okinawa appelée « yanbaru », les îles Amami-Ôshima et dans les forêts de Tokunoshima. Il est le plus grand des rats sauvage du Japon 24 cm du haut de la tête à la base de sa queue qui peut faire 30 cm. Ces rats nichent dans les trous des troncs des vieux ita-ji (genre de châtaigner).

Le nombre de vieux arbres « ita-ji » diminuant à cause des constructions, le nombre de ces espèces devient un gros problème.

http://www.sizenken.biodic.go.jp/rdb/txt/content/pics/023.jpg« Yanbaru-kuina »,« noguchi-gera (oiseau totem de la préfecture),

http://www1.ocn.ne.jp/~kuwakabu/yannbarutenaga2.jpg« yanbaru-tenaga-kogane » le plus grand des scarabées du Japon, et http://t0.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcTcxU14xEo-ttwf5RYtHn-l-DnzYswe2Q2DTWck4SfHiWuIsxQU&t=1« namiagaeru » grenouille verte, tous nichent dans ces arbres « ita-jii » et sont donc condamnés par la déforestation, alors qu’ils devraient être considérés et protégés comme des trésors.

Repost 0
Published by Lionel Lebigot - dans Géographie
commenter cet article
15 juin 2011 3 15 /06 /juin /2011 12:31

http://img02.ti-da.net/usr/kamomeme/deigo2.jpg

                                                                                            Fleur de deigo

 

Un grad nombre de plantes subtropicales peuvent être rencontrées à Okinawa. La plus typique est le « deigo », fleur préfectorale. Les hibiscus (akabanâ dans la langue d’Okinawa et bougainvilliers sont en fleur tout au long de l’année, un spectacle tant pour les touristes que pour les locaux.

Près  des rivages, dans les mangroves, on trouve des pins « adan » dont les fruits ressemblent à des ananas  et des cactées qui poussent naturellement. Dans les villes, on rencontrent des « gajumaru » (petits banyan) des « fukugi » et des pins de Ryûkyû, tout autant que des « ginnemu » et des « gettô ». De nombreux locaux cultivent aussi des fruits tels que papaye, le « shîkwâsâ » (petit citron), et la mangue.

Dans les villages de montagne, ito-bashô, une espèce de bananier utilisé pour la fabrique traditionnelle des textiles pousse à l’état sauvage, il en va de même pour le « ita-ji » dans lequel les oiseaux comme le « noguchi-gera » (un pic-vert endémique d’Okinawa) et d’autres espèce nidifient.

Repost 0
Published by Lionel Lebigot - dans Géographie
commenter cet article
14 juin 2011 2 14 /06 /juin /2011 12:25

http://farm2.static.flickr.com/1232/608973336_40ad74108b.jpg

                                                                                             Falaise Manzamô

 

Le plus notable est sans aucun doute  la mer vert émeraude et ses récifs coralliens. Toutes les îles de la préfecture d’Okinawa sont entourées de magnifiques récifs coralliens. La côte ouest d’Okinawa est dotée de superbes plages abritant des hôtels touristiques vantant des lieux comme Zanpa ou Manzamô. Dans le sud, il y a Sêfa-Utaki, une caverne sacré très importante dans la religion indigène d’Okinawa, et qui fait face à l’île de Kudaka, surnommée « l’île d’où sont venus les dieux ».a l’est, il y a les ruines du château de Katsuren, face aux îles de Tsuken et Hamahiga, du groupe d’îles de Yokatsu. Dans le nord, il y a la pointe Hedo, à l’extrémité de l’île et les falaises Kayauchi Banta et les ruines du château de Nakijin, mais encore pleins de sites sont à découvrir.

Les îles satellites regorgent elles aussi de sites à découvrir, a commencer par les îles de Tokashiki et Zamami dans le groupe des îles Kerama, ainsi que l’île de Kume, toutes réputées pour leur sites de plongée. La plage de Meahama sur l’île de Miyako est bien connue pour son triathlon annuel  ainsi que la pointe Higashi Henna ur cette même île. La baie de Kabira sur l’île de Ishigaki. La plage de l’île de Iriomote est réputée pour son sable, dont les grains sont en forme d’étoiles. La pointe Iri sur l’île de Yonaguni, l’île la plus à l’ouset du Japon, d’où on peut voir Taiwan et la plage de Takana, sur l’île de Hateruma, la plus méridionale des îles japonaises.

Les mangroves, si caractéristiques du climat subtropical des îles d’Okinawa sont particulièrement préservées aux embouchures des rivières Nakama et Urauchi sur l’île de Iriomote où poussent les inextricables et imposants arbustes « hirugi ». Des mangroves se trouvent aussi sur les îles de d’Ishigaki, Kohama et dans le nord et le sud d’Okinawa.

Les gusuku, châteaux, essaiment dans l’archipel d’Okinawa. La construction de ces châteaux remonte au 12ème siècle, pendant le royaume de Ryûkyû et sont assez différents, dans leur apparence, de ceux du reste du Japon. Tous ces gusuku furent construit sur des collines. De nombreux touristes visitent leurs ruines.

Le château de Shuri fut le siège du gouvernement durant le royaume de Ryûkyû et a été restauré depuis 1992. Le parc du château de Shuri a été désigné « Parc National » de même que le Seaquarium, « Chura-umi » qui se trouve sur la péninsule de Motobu. En dehors de ces châteaux, il y a beaucoup de caves naturelles « Gama » comme « Gyokusen-dô ».

Au final, chacun peut observer la vie quotidienne dans le marché de Naha.

Repost 0
Published by Chinen - dans Géographie
commenter cet article
12 juin 2011 7 12 /06 /juin /2011 12:54

http://www.ytabi.jp/images/share/climate.png

                                                    Okinawa (Naha)                                                                Tôkyô

                                                             (en rouge, les températures, en bleu, les précipitations)

 

Okinawa et les îles Amami bénéficient d’un climat subtropical océanique à l’inverse du reste du Japon qui baigne dans climat tempéré (à l’exclusion de Hokkaidô qui a un climat subartique et des îles Osagawara qui ont ce même climat subtropical).

Les températures sont douces tout au long de l’année ; la moyenne annuelle à Naha est 22.4°Callant du plus chaud 25.1°C au plus froid 20.1°C. Les écarts de température quotidien sont très petits, ce qui est aussi différent du reste du Japon. Même durant les mois d’hiver, en janvier et février, il est rare que les températures descendent en dessous de 15°C.

Okinawa est assez pluvieux ; la moyenne des précipitations annuelles à Naha est de 2037 mm, ce qui est beaucoup plus que la moyenne annuelle du reste du Japon, qui est de 1618 mm. Tsuyu « saison des prunes » ou saison des pluies commence en mai et finit en fin juin.

Il n’y a pas de neige à Okinawa, les cerisiers fleurissent dès la fin janvier, mais il n’y a pas le feuillage d’automne que l’on peut voir dans le reste du Japon. Les jours d’été sont longs et lumineux, mais les températures n’atteignent pas les 38-40°C que l’on peut rencontrer à Tôkyô ou Ôsaka ou dans les autres grandes villes de la métropole. Comme le climat d’Okinawa n’a pas de saison distinctes, on le confond souvent avec un climat tropical qui a une saison sèche et une saison des pluies. En fait, c’est à la limite, ni saisonnier, ni tropical. Ce climat subtropical océanique avec ses hautes températures et son humidité donnent à Okinawa sa faune et sa flore si particulière. De tout, c’est encore l’océan qui symbolise le mieux la beauté de la nature d’Okinawa.

Les typhons sont une caractéristique du climat d’Okinawa. Depuis 1957, Okinawa a subit 7 à 8 typhons par an, ce qui fait environ un quart de la moyenne nationale. La saison des typhons dure de juillet à septembre.

Repost 0
Published by Lionel Lebigot - dans Géographie
commenter cet article
11 juin 2011 6 11 /06 /juin /2011 08:36

http://api.e-map.ne.jp/jsapi/searchmap.v12/img/47.gif

La surface totale de la préfecture d’Okinawa est de 2266 km², soit 0,6% de la surface totale du Japon (372 810 km²).les îles principales sont, dans l’ordre, Okinawa, Iriomote, Ishigaki, Miyako, Kume, Minami-daïtô, Irabu, Yonaguni, Ie, Iheya, Tarama.

La population de la préfecture d’Okinawa est approximativement de 1,3 million, 1% de la population totale du Japon. C’est la 35ème parmi les 47 divisions administratives du Japon.  La densité (nombre d’habitants au km²)  est 547, ce qui est plus élevé que la moyenne nationale de 339. C’est la 9ème place pour la densité, après des villes comme Tôkyô, Ôsaka, Kanagawa et Aichi. Les statistiques indiquent que les gens habites dans des petites surfaces, ce qui est du à l’occupation des bases US, 11% de la surface d’Okinawa.

Le taux d’accroissement de la population de 0,77% est supérieur à la moyenne nationale qui est de 0,25% et est le deuxième plus élevé après celui de la préfecture de Shiga. Ceci, en raison du taux d’accroissement naturel (mesuré par les taux de naissance et de décès) de 73% qui est assez élevé comparé au taux d’accroissement social (mesuré par les déplacements de populations) de 0,04%.

Le taux de natalité dans la préfecture d’Okinawa est le plus élevé du Japon (13,4%) et la préfecture a aussi la plus grande espérance de vie  du Monde (le taux de décès pour 1000 individus est de 5,7, alors que la moyenne nationale est de 7,3).

Le gouvernement préfectoral d’Okinawa se trouve à Naha, capitale d’Okinawa. Il y a 5 divisions administratives (du nord au sud)Kunagumi-gun (ou Yanbaru), Nakagumi-gun, Shimajiri-gun, Miyako-gun, Yaeyama-gun. Les villes les plus densément peuplées sont : Naha, Okinawa-city, Urasoe, Ginowan, Gushikawa, Itoman, Nago, Ishigaki-city, Hirara et Ishikawa. 90% de la population de l’archipel est concentré sur l’île d’Okinawa et sa population se concentre dans les parties centrale et méridionale, ce qui tend à créer de sérieux problèmes de délocalisation.

 

 

Okinawa

Japon

Surface (km²)

2,267

372 810

Population (x10000)

130

12649

Densité (hb/km²)

574

339

Taux de développement  de la population

0,77

0,25

Taux de natalité (x1000)

13,4

9,7

Taux de mortalité (x1000)

5,7

7,3

Repost 0
Published by Lionel Lebigot - dans Géographie
commenter cet article
14 mai 2011 6 14 /05 /mai /2011 04:08

Okinawaflag.jpg                                                                            Drapeau actuel de la préfecture d'Okinawa

 

La préfecture d’Okinawa est composée de petites îles s’étendant sur le Pacifique Nord à l’est du continent Eurasien. La préfecture occupe la moitié sud de l’archipel de Ryûkyû qui s’étend sur 1287 km entre Kyûshû et Taiwan. La préfecture est composée d’environ 160 îles, dont 40 sont habitées. Ces îles occupent une surface de 1000 km de l’est à l’ouest et de 400 km du nord au sud. L’île la plus à l’est est Kita-daïtô (long. 131°19’), la plus à l’ouest est Yonaguni (long. 122°15’), la plus au nord, Iôtori (lat.27°52’ N) et la plus au sud, Hateruma (lat.24°02’ N).
La préfecture fait face à Taiwan et à la Chine à l’ouest, aux Philippines au sud et à l’Amérique du Nord à l’est. Les plus grandes ville d’asie de l’est se situent dans un rayon de 2000 à 2500 km de Naha, capitale d’Okinawa.
Cette configuration géographique à amener toutes sortes de richesses culturelles à ces petites îles, mais elle a aussi cause de nombreux conflits géopolitiques de la part de ses puissants voisins. La préfecture d’Okinawa aspire à devenir une pièce maîtresse dans les échanges pacifiques du 21ème siècle.
Le terme « Ryûkyû » fit sa première apparition dans un document chinois. Il fut utilisé jusqu’à la période Meiji en 1872, puis pendant l’occupation américaine, le terme « Okinawa » (qui, originellement ne désigne que l’île d’Okinawa) fut utilisé de 1872 jusqu’à la fin de la bataille d’Okinawa, puis de la rétrocession d’Okinawa au Japon en 1972, jusqu’à aujourd’hui.
A l’heure actuelle, les Okinawaïens utilisent les deux termes.

Repost 0
Published by Chinen - dans Géographie
commenter cet article
9 janvier 2011 7 09 /01 /janvier /2011 10:19

Le climat d’Okinawa

Okinawa, grâce à sa situation géographique dans les basses latitudes et l’influence du courant marin « kuro-shio » bénéficie d’un climat annuel clément. 

               
La température moyenne annuelle est de 22,7 degrés dans la ville de Naha, la température moyenne des mois les plus froid de l’hiver (janvier, février) est de 16,4 degrés, et il est très rare que la température tombe sous les 10°.
Cependant, une pluviométrie annuelle moyenne de 2.000mm la classe dans les zones relativement humides à l'échelle nationale.


Quand on regarde les spécificités du climat, on voit que c’est fin janvier/début février que les cerisiers fleurissent (ces cerisiers portent le nom de  « hikanzakura », litt. cerisiers rouges d’hiver). Ce sont eux qui ouvrent le « sakura-matsuri » fête des cerisiers.

--------copie-1.jpg

                                                                       Cerisiers (hikanzakura) en fleur au château de Nakijin

 

----------.jpg

                                                illuminations de cerisiers (hikanzakura) au château de Nakijin

 

Les mois de mars et avril sont doux et cette saison porte le nom de « urizun. »
Au début du mois de mai, on entre dans la saison de « tsuyu », saison des pluies, où l’humidité est importante.
Vers la fin du mois de juin, la saison des pluies prends fin et commence un long et chaud été avec des alternances de chaleur et de pluies (souvent courtes, mais intenses).
Pendant  les mois de juillet à septembre, on voit apparaitre les typhons.
Octobre marque le début de « mînishi », saison  où souffle un vent de Nord-Est et qui dure jusqu’en mars.


Pendant l’hiver, les journées sont souvent nuageuses et venteuses, mais avec des températures douces.

Repost 0
Published by Chinen - dans Géographie
commenter cet article
10 mars 2010 3 10 /03 /mars /2010 22:01
En ces temps d'hiver froid, je voudrais vous présenter un aspect de la vie d'Okinawa. Son imptoyable et rigoureux hiver...
La moyenne des mois d'hiver tourne autour des 16.4°, le soleil est toujours aussi présent et éblouissant, la mer toujours aussi bleue et agréable pour les nageurs. A ce sujet, un ami normand, avec qui j'étais allé à Okinawa en février 2003, avait eu l'idée (aussi farfelue qu'irresponsable, aux yeux des autochtones) de se baigner. Il sorti de l'eau tout souriant et affirmant "elle plus chaude que la Manche au plus chaud de l'été."

緋寒桜Le mois de janvier est renommé pour la floraison des cerisiers, qui portent le nom évocateur de 緋寒桜/hikanzakura/cerisier pourpre d'hiver.









Ces cerisiers sont si chers au coeur des Okinawaïens que même la bière Orion, fierté "nationale"  édita une canette à son éffigie.hikanzakura Orion hikanzakura

Repost 0
Published by Lionel Lebigot - dans Géographie
commenter cet article
22 juin 2008 7 22 /06 /juin /2008 16:54

Okinawa est la plus grande île de l’archipel des Ryûkyû, c’est aussi cette île qui donne son nom à la préfecture. Cet archipel est divisé en trois groupes d’îles, le Nord, le Centre et le Sud En tout, l’archipel regroupe plus de 140 îles dont seulement 36 sont habitées.

L’archipel est constitué d’un chapelet d’îles qui s’étend du Nord au Sud, sur une distance de près de 1000 km. Allant du Sud de la préfecture de Kagoshima (au Sud de la plus grande île méridionale de l’archipel Yamato : Kyûshû) à l’île de Yonaguni, au Sud, qui laisse apercevoir Taiwan par temps clair.

Notons que les îles du Nord de Ryûkyû reçoivent le nom de « Nansei rettô » et celles du Sud de « Okinawa shotô ».

De nature et de sol difficiles, Okinawa est une île relativement hostile à l’habitat humain, mais contrairement au reste de l’archipel nippon, la formation de l’archipel résulte de la seule activité tectonique. En effet, on ne trouve pas de volcans à Okinawa.

Le sol calcaire fut toujours assez récalcitrant aux cultures et à l’irrigation. Pourtant, et fait paradoxal, le visiteur sera surpris de voir de nombreux champs de canne à sucre dans la campagne d’Okinawa. Cette culture est en fait assez récente et c’est l’apparition de cette dernière, ainsi que celle de la patate douce, qui sauva la population d’Okinawa de la famine.

Le visiteur sera aussi surpris de voir que la végétation de l’île est pour le moins luxuriante, abondante et verdoyante (dans le Nord de l’île.)

Ce fait n’est que la conséquence d’un problème commun à tout le Sud-Est asiatique : les typhons. Les différents végétaux durent développer des racines profondes pour pouvoir résister à ces vents violents et pour puiser leur alimentation. Rappelons-le, le sol d’Okinawa est calcaire et même si les typhons sont accompagnés de fortes pluies, celles-ci sont trop fortes et ne pénètrent pas dans le sol. Une petite partie, et lentement, atteint des couches relativement profondes.

 

Le climat d’Okinawa est chaud et humide, plus de 20° en moyenne annuelle. Les hivers sont doux et les étés chauds, voire très chauds et (très) humides. Bien qu’Okinawa soit un île, il n’y a pas beaucoup de ce vent qui pourrait rafraîchir l’atmosphère estivale.

Repost 0
Published by Lionel Lebigot - dans Géographie
commenter cet article