Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : 沖武館 Okibukan
  • 沖武館 Okibukan
  • : Mensôre Uchinâ-blog. Un petit blog de présentation de l'île berceau du karate et du kobudô. Ici, je parlerais tout autant des arts de combat d'Okinawa, que de la culture trop méconnue de cette partie du Japon.
  • Contact

Visiteurs


Il y a actuellement visiteur(s)

Recherche

Annonces

                                                                    SourcesFujian

 

Le livre "Karaté d'Okinawa, les sources du Fujian"

Détails sur le contenu

 

Disponible à la Fnac

Egalement disponible chez Budostore

34 RUE DE LA MONTAGNE SAINTE GENEVIEVE

75005 PARIS

Et toujours en commande

Bon de commande au format MS-Word

 et au format PDF

 

Griffes.jpg

Le livre "Karaté d'Okinawa, entre les griffes du dragon, du Tigre et de la Grue"

Disponible sur Amazon.fr

15 septembre 2012 6 15 /09 /septembre /2012 03:04

A Paris, se tiendra un concert unique de deux des plus grands artistes de la musique d'Okinawa: le musicien Rinken Teruya, et la diva du groupe Rinken Band, Tomoko Uehara.

Ce concert sera donné en l'honneur du lancement du festival de musique "Niutou Umachi" qui se tiendra à Okinawa-shi en Octobre.

Il s'agit d'un live de deux artistes que tout habitant d'Okinawa, ou toute personne aimant la musique d'Okinawa, ne peut que connaître.
Pouvoir voir ces deux grands artistes réunis sur scène est une occasion rare, même à Okinawa, et qu'il ne faut absolument pas rater!



NIUTOU UMACHI
Rencontres de la musique d'Okinawa
http://www.youtube.com/watch?v=Hvr7mB0f9OE

date:26/09/2012 20:00

lieu:
LE ZEBRE DE BELLEVILLE
63, boulevard de Belleville 75011 PARIS

contact: yochan@yochan.com
ou tout simplement rechercher le mot "Niutou Umachi" par google.

site:
Le Zebre de Belleville http://www.lezebre.com/
Facebook http://www.facebook.com/events/462151120482901/
pour la réservation: https://ticketlib.com/1bd2d8b269e929

texte;

Un concert exceptionnel par des musiciens emblématiques d'Okinawa

Okinawa était jusqu'au 19e siècle un pays nommé le Royaume des Ryukyus, bénéficiant d'un statut de port franc qui fit sa fortune.
Aujourd'hui devenu une préfecture du Japon, sa culture particulière suscite l'engouement de nombreuses personnes à l'intérieur comme à l'extérieur du pays.
Au sein même d'Okinawa, Okinawa-shi est la ville où la culture populaire est la plus florissante. C'est là que les 6 et 7 octobre prochains aura lieu le festival "Niutou Umachi" avec pour thème le retour aux sources de la musique d'Okinawa.
Afin d'élargir la portée de ce festival à l'étranger, un concert exceptionnel sera donné à Paris par les deux artistes centraux de cet événement, les musiciens emblématiques d'Okinawa Riken Teruya et la diva Tomoko Uehara.
Un duo exceptionnel qu'il est rare de pouvoir aller écouter même à Okinawa, à ne manquer sous aucun prétexte!

TERUYA Rinken
Son grand-père (Rinzan) et son père (Rinsuke) sont tous deux des musiciens éminents d'Okinawa. Il fut élevé entouré par la musique, la maison parentale étant une boutique de sanshin et de disques.
1977: création du groupe Rinken Band
1990: percée nationale avec le disque "Arigato"
1993: remporte le Prix Spécial du Grand Prix du Disque au Japon. Tout en restant attaché au rythme traditionnel et à la langue d'Okinawa, il y intègre avec dynamisme des influences d'autres musiques.

UEHARA Tomoko
Fait ses premiers pas à 6 ans dans le monde de la musique populaire d'Okinawa. Acquiert une riche expérience artistique en tant que membre de la troupe familiale.
En 1988, entre dans le Rinken Band. Vocaliste, elle réunit en une combinaison rarement atteinte, gaieté, puissance et lyrisme.


 

 

Repost 0
Published by Lionel - dans Divers
commenter cet article
31 mars 2011 4 31 /03 /mars /2011 03:27

Kariyushi est une marque de chemises "hawaienne", propre à Okinawa, aux motifs moins hawaiens.

Ces "kariyu-shirts" sont très répandues dans la population okinawaïenne et sont aussi portées par le personnel des différentes administrations publiques, mais aussi privées.

En uchinâ-guchi, la langue d'Okinawa, "kariyushi" veut dire "bonheur".

 

Défilé de la nouvelle collection ayant eu lieu dans le hall de la préfecture de Naha le 28 mars 2011.

 

 

Repost 0
Published by Chinen - dans Divers
commenter cet article
13 février 2011 7 13 /02 /février /2011 09:30

Flag_of_Ryukyu.svg.png

Kariyushi Club (かり ゆし クラブ, Kariyushi Kurabu) anciennement appelé Parti Indépendant de Ryūkyū  (琉球 独立 党, Ryūkyū Dokuritsutō), est le partie local indépendantiste de la préfecture d'Okinawa qui revendique l'indépendance de Ryûkyû et l’avènement de la République de Ryûkyû (琉球 共和国, Ryūkyū Kyōwakoku). Le chef du parti actuel est Yara Chōsuke屋 良 朝 助. En Uchinâ-guchi, la langue d’Okinawa « Kariyushi » se traduit par « heureux » ou « harmonie avec la nature. »

Historique

Le parti a été fondé en Juin 1970, à Okinawa (alors appelé Ryûkyû) qui à cette époque, était sous administration des Etats unis d’Amérique. Sakima Toshikatsu et  Noka Takehiko, dont le pseudonyme est Donan Nuka en sont les fondateurs. Sakima est un ancien président de la Société des finances publiques, une société financière gouvernementale d'État de Ryûkyû sous le contrôle de Etats-Unis d’Amérique, tandis que Nuka était un comptable agréé. Sakima s’est présenté comme candidat à la Chambre de 1971, mais il a échoué, ne recueillant que 2673 votes. Okinawa retournant au Japon l'année qui a suivie, le prestige du parti a été diminué. Après l’évènement dit de  « 730 », un moment symbolique du 30 Juillet 1978 (30ème jour du 7ème mois), lorsqu’Okinawa a modifié son sens de circulation pour revenir à la conduite à gauche, comme dans les autres parties du Japon, le parti a pratiquement cessé son activité.

Le 15 août 2005, Yara Chōsuke, président de la boutique T-shirt  « Alice T-shirt Center », a repris la tête du parti. Nuka est alors devenu chef honoraire du parti. Yara est devenu le candidat à l'élection au siège de préfet d’Okinawa de 2006, mais a échoué avec 6220 des suffrages, soit 0,93% des voix. Les observateurs estiment que c'est parce que la grande majorité des habitants d'Okinawa pense que l'indépendance est irréaliste. D'autre part, le parti était dans des conditions défavorables, il était totalement dépourvu de la reconnaissance et Yara résidait à Tôkyô, pas à Okinawa. Certains ont trouvé qu’en dépit de ces conditions, le parti avait reçu beaucoup de suffrages. En fait, Yara a récolté 6220 votes, soit 2,3 fois plus de votes Sakima en 1970, et cela alors que Sakima était une célébrité à l'époque, tandis que Yara ne l’était pas. Par conséquent, le parti s’est déclaré victorieux à l'élection de 2005. Comme Yara avait gagné 1576 voix à Naha seul, le parti espérait avoir un siège aux élections suivantes au Conseil Municipal de la ville de Naha de 2009.

En 2007, le PAFF, un syndicat de freeters (travailleurs à temps partiel) et de travailleurs étrangers, a affirmé que le parti avait enfreint la Loi sur droits du travail et la loi sur les syndicats, affirmant qu'il avait licencié un agent sans un motif valable.

Le 3 Mars 2008, le parti a changé son nom à l'actuel.

Politiques

Le parti revendique la République indépendante de Ryûkyû en s’appuyant sur le programme suivant :

    * faire d’Okinawa un Etat distinct de Kyûshû, dans le cas où le Japon restructurerait les préfectures actuelles.
    * réduire les coûts d'emploi des fonctionnaires civils.
    * mettre en place une taxe touristique pour créer 5.000 emplois.
    * créer plus d'emplois par Okinawa métro avec un abri (comme celui de Sapporo) longitudinale.
    * mettre en place une assurance pour les agents touristiques.
    * mettre en place une réglementation visant à protéger la nature pour le tourisme.
    * privilégier l’emploi des natifs d'Okinawa.
    * supprimer la TVA sur les denrées alimentaires.
    * organiser une conférence internationale pour la réduction de l'armement.
    * enseigner l'histoire unique d'Okinawa.

Le parti réclame également que le «Nord de Ryûkyû » (cf. les îles Amami) fasse partie de Ryûkyû. Il s'engage à collaborer avec les insulaires pour la création de la préfecture d’Amami.
 
Les politiques internationales

Le parti affirme qu'il «n'est ni anti-américain, ni anti-japonais, ni gauchiste». Après l'indépendance de la république, il envisage de négocier avec le Japon et les États-Unis pour créer une alliance militaire entre les trois pays. Si la négociation échoue, il envisage de vendre les bases actuelles des États-Unis à des enchères internationales.

Il revendique aussi que les îles Senkaku, actuellement administrées par le Japon, mais aussi revendiquées par la République de Chine et la République populaire de Chine, font pari du territoire de Ryûkyû. Il prétend soutenir autres mouvements d'indépendance en Asie de l'Est, à savoir ceux du Tibet et de Taïwan.

Drapeau du parti Kariyushi Club.

Le drapeau officiel du parti est appelé « Sansei Ten'yō-ki三星 天 洋 旗 », littéralement le « drapeau des Trois Etoiles, du ciel et de l'océan. » Le drapeau a été conçu par Nuka. Le parti compte également l'utiliser comme le drapeau de la République, après l’obtention de son indépendance. Le bleu marine et le bleu clair représentent l'océan et le ciel de Ryûkyû. L'étoile blanche représente la morale et la raison. L'étoile rouge représente la fierté et la passion. L'étoile jaune représente la paix et la prospérité. Les étoiles rouges et jaunes sont bordées de blanc  qui symbolise la profonde foi et morale du parti

 

Ryukyu independence flag.svg

Repost 0
Published by Chinen - dans Divers
commenter cet article
13 février 2011 7 13 /02 /février /2011 07:04


  Ryukyu_independence_flag.svg.png                                                                         Drapeau de la république de Ryūkyū

Le mouvement pour l'indépendance Ryūkyū (琉球 独立運動, Ryūkyū Dokuritsu Undô) Ou République de Ryûkyû (en japonais: 琉球 共和国, Ryûkyû Kyôwakok ; chinois traditionnel: 琉球共和國Liúqiú Gònghéguó ) est un mouvement pour l'indépendance d'Okinawa et les îles environnantes (archipel Ryûkyû), en provenance du Japon . Le mouvement est né en 1945, après la fin de la guerre du Pacifique. Certaines personnes de Ryûkyû estimaient, alors que débutait l’occupation de Ryûkyû, que l’archipel devait redevenir un Etat indépendant, plutôt que de d’être rétrocédé au Japon. Cependant, la majorité des habitants se prononça pour la réunification avec le Japon, espérant que ce serait hâter la fin de l'occupation alliée. Le traité de sécurité américano-japonais fut signé en 1951, et la réunification eut lieu, prévoyant la poursuite de la présence militaire américaine. Cet ensemble de la scène pour le mouvement politique renouvelé pour l'indépendance Ryukyu.

Contexte historique

Initialement, le royaume de Ryûkyû fut un état tributaire de la Chine. Les différents Rois de Ryûkyû envoyèrent des émissaires en Chine pour demander aux empereurs chinois de leur confirmer le titre de roi de Ryûkyû, coutume qui commença en 1392 pendant la dynastie Ming et a duré jusqu'à la chute du royaume en 1875. Mais Ryûkyû fut envahi par le domaine féodal japonais de Satsuma en 1609, et depuis cette date, il fut reconnu comme un état semi-indépendant jusqu' en 1879, date de son intégration officielle, dans le territoire japonais, en tant que préfecture d'Okinawa. Il est sûr qu'il y a eu des indépendantistes au cours de cette « 1ère période japonaise », et qui trouvèrent accueil en Chine. Toutefois, cette période ne vit aucun mouvement populaire significatif.

Après la guerre, les États-Unis prirent le contrôle d'Okinawa, cependant, Roosevelt, et par deux fois, voulut retourner Ryūkyū à la Chine de Chiang Kai-shek, mais celui-ci rejeta cette proposition pour plusieurs raisons. Les Américains gardèrent le contrôle des îles Ryukyu jusqu'en 1972, soit 20 ans après la fin de l'occupation formelle du reste du Japon. En 1945, immédiatement après la guerre, il y eut une forte pression pour la création d'un Etat pleinement indépendant de Ryûkyû, tandis que pendant la période de l'Occupation, il y eut un fort mouvement pour un retour à la souveraineté japonaise.

Depuis 1972, et le retour d'Okinawa au contrôle japonais, des voix s'élèvent pour un Etat pleinement indépendant de Ryûkyû.
Les motifs et l'idéologie

Parmi les motivations qui ont poussé a demandé le retour à la souveraineté japonaise, il y avait une conviction fondamentale que les habitants d'Okinawa avait toujours été une partie de la population japonaise, que ce soit ethniquement, culturellement, ou politiquement. Au cours de la période Meiji, lorsque le royaume de Ryûkyû fut formellement aboli et annexé, il y eut une forte poussée de l'assimilation. Le gouvernement de Meiji, ainsi que d'autres agents culturels et intellectuels, visaient à ce que les gens de la nouvelle préfecture se considèrent comme des « japonais de souche », et dans ce but, les Ryukuans reçurent la citoyenneté japonaise, les noms, les passeports, et toutes les représentations officielles de leur statut dans le cadre de leur « nipponité.»  Ils furent également intégrés au tout nouveau système public d’éducation nationale. Par ce système d'éducation, mais aussi d'autres méthodes « médiatiques », à la fois gouvernementales et indépendantes, les Ryukuans, ainsi que les minorités de toutes les régions du pays, furent progressivement intégrées dans le peuple japonais. Il y eut un fort remaniement de l'histoire de Ryûkyû, mais aussi de Hokkaidô (l’autre grande extrême ethnique et culturelle du Japon.) Avec le temps, ces identités réinventées s'immiscent dans l’esprit des jeunes générations.

Cela ne signifie pas que les identités indépendantes ont complètement disparues. Beaucoup de personnes de Ryûkyû se considèrent comme, une ethnie à part entière, avec un patrimoine unique et une culture distincte. Ils voient une grande différence entre eux et la métropole japonaise, et beaucoup sentent un lien fort avec la culture traditionnelle deRyûkyû.
De nos jours, il y a de fortes critiques envers la politique et l’idéologie d'assimilation du gouvernement Meiji.

Les événements récents

Bien qu'il existe des pressions, tant aux États-Unis qu’au Japon, ainsi qu’à Okinawa, pour le retrait des troupes et des bases militaires américaines d'Okinawa, jusqu'à présent, elles n’ont été que partielles et progressives.

En 1995, une décision de retirer les troupes d'Okinawa a été rejetée, ce qui a donné lieu à une nouvelle flambée du Mouvement indépendantiste de Ryûkyû. En 2005, le Sino-colombien Lim John Chuan-tiong (林泉忠), professeur agrégé de l'Université de Ryûkyû, a effectué un sondage téléphonique sur des Okinawaïens de plus de 18 ans. Il a obtenu des réponses de 1029 personnes. Lorsqu'on leur demande s'ils se considèrent eux-mêmes comme Okinawaïens, Japonais ou les deux, les réponses respectives furent de 40,6% ; 21,3% et 36,5%. Lorsqu'on leur a demandé si Okinawa devait devenir indépendant, si le gouvernement japonais permettait  (ou ne permettait pas)à Okinawa de décider librement de son avenir, 24,9% ont répondu qu’Okinawa devrait devenir indépendant avec l'autorisation, et 20,5% même sans autorisation du gouvernement japonais. Ceux qui pensent qu’Okinawa ne doit pas déclarer l'indépendance ont été, respectivement, 58,7% et 57,4%.

Repost 0
Published by Chinen - dans Divers
commenter cet article
24 décembre 2010 5 24 /12 /décembre /2010 11:16

Ma carte de voeux

 

Repost 0
Published by Chinen - dans Divers
commenter cet article
12 mai 2010 3 12 /05 /mai /2010 09:04

20100626_annonce_stage_konanryu.jpgAvant mon départ définitif à Okinawa,je dirigerais un stage les samedi 26 et dimanche 27 juin au
Centre parisien de Qwan Ki Do
195bis rue de Paris
94 Charenton le Pont
Métro ligne 7 station « Liberté »

Pour les provinciaux ou autres, possibilité de loger dans la salle.

Samedi matin 10-13h00 après-midi 17-19h00
Dimanche matin 10-12h00 après-midi 14-17h00

Tarif avec pré-inscription 32€ les deux jours, 18€ une seule journée (me contacter par MP, en bas de page, pour les modalités)
Tarif le jour J les deux jours 40€ une journée 25€
Compte tenu de la location de la salle, un nombre minimum de stagiaires confirmés et inscrits est indispensable.

Bien sûr, en cas d’annulation du stage, les règlements seront retournés.

Kônan-ryû, les okuden du pangainûn
Hakkei, renzoku, muchimi, kyûsho, goshin (SD), senryaku (stratégie) and so and so…

Repost 0
Published by Lionel Lebigot - dans Divers
commenter cet article
19 juin 2008 4 19 /06 /juin /2008 17:40
Bienvenue sur mon blog consacré à Okinawa/ mensôre Uchinâ-blog!

Les quelques lignes qui suivront viseront à faire découvrir une partie méconnue, voire inconnue, du Japon.
En effet, si l'île d' Okinawa est relativement connue dans le milieu du karaté, il n'en est pas de même pour le reste des gens.

Les Okinawaïens sont Japonais... administrativement. Culturellement, les choses ne sont pas si simples.
Pour des raisons de clareté, je ne parlerais pas d'Okinawaïens, d'un côté, et de Japonais, de l'autre.
TOUS sont japonais (n'en déplaise à certains...), j'emploierais les termes utilisés par les Okinawaïens eux-mêmes.
Ces termes, en langue d'Okinawa, Uchinâ-guchi sont Yamatu'n chu, pour les Japonais "historiques" et Uchina'n chu, pour les Okinawaïens. Pour encore plus simplifier (et parce que c'est moins long), je raccourcirais en Yamatu et Uchinâ.

En ce qui concerne l'orthographe des termes japonais, en bon ex-étudiant de Japonais, je suis la transcription Hepburn, ce n'est pas par snobisme, mais parce que ça vient tout seul...
Pour les fautes d'orthographe française, bah... ce sera soit de l'inattention, soit de la non connaissance (espérons que ça n'arrivera pas trop souvent...)

Petite présentation :
Pratiquant de karate depuis plus de 25 ans, je suis allé à Okinawa et j'en suis tombé amoureux. Tous les aspects d'Okinawa, mais aussi de l'archipel des Ryûkyû, dont Okinawa est l'île la plus vaste et la préfecture, m'intéressent.
Evidemment, le karate et le kobudo (la pratique des armes) sont mes principaux centres d'intéret qaund je vais à Okinawa, mais l'histoire, la culture et tout ce qui fait la richesse de l'île m'intéresse.

Pour en revenir au système Hepburn de transcrition.
Sans entrer dans des explications linguistiques et fastidieuses, chaque lettre se prononce, les sons des voyelles sont en gros les mêmes qu'en Français... sauf des exceptions.
[a] comme dans "gare",
[e]                          "dé",
[i]                            "riz",
[o]                           "rose",
[u]                            "loup";

pour les consonnes, c'est comme pour le français... sauf le [r] qui tend vers [l] et le [ch] qui se prononce comme dans "match" une  consonne doublée, se prononce, par exemple "gakka", "discipline" se prononce [gak-ka];
un accent circonflexe sur une voyelle indique une double prononciation de celle-ci : le titre du blog "uchinâ-blog mensôre", se prononce donc "mensoolé outchinaa-blog ".


Repost 0
Published by Lionel Lebigot - dans Divers
commenter cet article