Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : 沖武館 Okibukan
  • 沖武館 Okibukan
  • : Mensôre Uchinâ-blog. Un petit blog de présentation de l'île berceau du karate et du kobudô. Ici, je parlerais tout autant des arts de combat d'Okinawa, que de la culture trop méconnue de cette partie du Japon.
  • Contact

Visiteurs


Il y a actuellement visiteur(s)

Recherche

Annonces

                                                                    SourcesFujian

 

Le livre "Karaté d'Okinawa, les sources du Fujian"

Détails sur le contenu

 

Disponible à la Fnac

Egalement disponible chez Budostore

34 RUE DE LA MONTAGNE SAINTE GENEVIEVE

75005 PARIS

Et toujours en commande

Bon de commande au format MS-Word

 et au format PDF

 

Griffes.jpg

Le livre "Karaté d'Okinawa, entre les griffes du dragon, du Tigre et de la Grue"

Disponible sur Amazon.fr

11 novembre 2008 2 11 /11 /novembre /2008 13:23
Missions tributaires III

Les missions tributaires ne se limitaient pas à la Chine. Après l’invasion japonaise, Ryûkyû eut a payé un double tribut, un envers la cour de Chine et un autre envers la cour du Japon.
Le premier avait pour principal but d’entretenir la continuité du commerce avec tous les ports et pays soumis au puissant  voisin chinois, tandis que le deuxième, la domination japonaise ayant été plus violente et militaire, était plus une reconnaissance de vassal à suzerain.
La domination chinoise n’avait pas pour but d’intervenir dans les affaires politiques de Ryûkyû et seules les relations commerciales primaient. En revanche, après l’invasion japonaise, ceux-ci imposèrent un modèle politique et revendiquèrent l’archipel.. Revendication justifiée, au yeux des japonais, puisque depuis de très nombreuses années, le seigneur de la province de Satsuma au Japon, était reconnu, par décret japonais, comme étant le véritable roi de Ryûkyû.
Cette dernière sorte de mission recevait le nom de « Edo-nobori », « Edo » étant l’ancien de nom de la capitale japonaise, de nos jours « Tôkyô » et « nobori », le fait de « monter, aller ».


© Lionel Lebigot 2008

Partager cet article

Repost 0
Published by Lionel Lebigot - dans Histoire
commenter cet article

commentaires